CLAUDE MONIQUET:«Diplomatiquement on fait semblant de ne pas remarquer ou ne pas croire cette compromission entre le polisario et l’Algérie, mais elle est connue de tous»

Claude Moniquet, spécialiste des questions sécuritaires a souligné qu’ «à partir du moment où le régime algérien a accepté qu’un groupe armé qui tente de déstabiliser un pays voisin soit installé sur son territoire, garde les armes et entraine des militaires, il est évident qu’il y a une collaboration entre les autorités algériennes et le polisario et que ce dernier n’est clairement qu’un moyen que l’Algérie a trouvé pour maintenir des tensions avec le Maroc parce qu’elle a besoin de ces tensions».

Pour l’expert français, président du Centre européen pour le Renseignement stratégique et la Sécurité (ESISC) basé à Bruxelles, la connivence ente le pouvoir algérien et le polisario est connue de tous.

«Franchement il fallait être aveugle ou de très mauvaise foi pour faire semblant d’ignorer qu’il y avait des liens entre le polisario et l’Algérie», a asséné M. Moniquet dans une déclaration à la MAP, rappelant que son centre avait révélé il y a quelques années déjà des informations sur les fraudes à l’aide humanitaire destinées aux populations de Tindouf auxquelles s’adonnaient à la fois le polisario et les autorités algériennes et sur les liens de ce groupe avec le développement du terrorisme au Sahel.

«Diplomatiquement on fait semblant de ne pas remarquer ou ne pas croire cette compromission entre le polisario et l’Algérie, mais elle est connue de tous», a confié M. Moniquet, précisant qu’aujourd’hui « tout le monde comprend très bien que le polisario n’est plus réellement un acteur de la situation».

«Le polisario est une survivance du passé, qui a beaucoup de mal à contrôler sa jeunesse, qui n’offre aucun espoir, ni aucune perspective politique ou de développement à la population prise en otage à Tindouf», a souligné l’analyste français.

Et de conclure que sur le plan international, « à part quelques gouvernements qui ont voulu faire plaisir à Alger en reconnaissant le front polisario, la plupart des États européens et des États qui comptent dans la région n’ont pas de relations avec ce groupe et ont adhéré par contre au projet marocain d’autonomie».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button