Maroc-Royaume-Uni : Des relations séculaires au service d’enjeux contemporains

Hibapress

Une conférence a mis en lumière, jeudi à Oxford, la longue histoire entre le Royaume-Uni et le Maroc, leurs similitudes et leurs complémentarités, ainsi que leur vision commune pour relever les défis mondiaux.

Organisée par l’ambassade du Maroc au Royaume-Uni, en collaboration avec le Centre des études islamiques d’Oxford, sur le thème « Royaume-Uni/Maroc : Connecter deux royaumes », cette rencontre a connu la participation de membres du gouvernement, de diplomates, d’académiciens, de chercheurs, d’évêques et de rabbins. Elle a été l’occasion d’aborder les opportunités économiques qui s’offrent aux deux pays et le rôle essentiel des relations culturelles et humaines dans le maintien et le renforcement du dialogue et de la coopération.

Dans une allocution, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a souligné que le modèle marocain est édifiant du fait de plusieurs éléments ayant trait à la diversité culturelle, linguistique et humaine, qui caractérise le Royaume, les fondamentaux de la nation et de la religion, la commanderie des croyants, la gestion de la chose religieuse et la place de choix occupée par les femmes et la famille.

M. Toufiq a ainsi passé en revue une série de faits historiques, qui retracent les racines profondes du multiculturalisme du Royaume et qui expliquent la tolérance caractéristique de la société marocaine contemporaine.

Le modèle marocain a un énorme potentiel politique et social et mérite d’être mieux connu pour inspirer d’autres expériences à travers le monde, a estimé le ministre, notant, dans ce sens, que le Royaume est disposé à œuvrer de concert avec le centre des études islamiques d’Oxford à la mise en place de programmes d’échanges, comme il le fait avec le centre de Harvard des études sur le Moyen-Orient.

Pour sa part, l’ambassadeur itinérant du Maroc, Assia Bensalah Alaoui, a affirmé que le Maroc a toujours été actif sur différents fronts pour s’imposer comme acteur incontournable de la scène géopolitique régionale et mondiale, rappelant, entre autres, que le Royaume a joué un rôle de médiateur dans le Moyen-Orient, présidé le Comité Al Qods, vu la naissance de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), à travers l’accord de Marrakech de 1994, et accueilli la COP7 et 26.

Au niveau national, feu Hassan II a considérablement diversifié le champ politique, a-t-elle indiqué, ajoutant que par la suite, le Roi Mohammed VI, grâce à son leadership, à la clarté de sa vision et à sa volonté de répondre aux aspirations de la jeunesse marocaine, a lancé une série de réformes touchant au code de la famille, aux droits de l’homme, avec l’expérience unique de l’Instance équité et réconciliation, et à la constitution qui a consacré la parité.

Dans son préambule, la Constitution consacre également la diversité de l’identité marocaine, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie et nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen, a-t-elle poursuivi.

Par ailleurs, la politique africaine du Maroc a connu une nouvelle dynamique et s’est développée de l’ouest du continent, où le Maroc est devenu le premier investisseur étranger, vers l’est et le sud de l’Afrique, touchant l’ensemble des secteurs, de l’énergie à l’agriculture, en passant par le commerce et l’éducation, a-t-elle souligné, tout en rappelant le rôle du Maroc dans la formation des imams promouvant un islam modéré.

L’approche marocaine dans le continent se caractérise par le fait que ses investissements ne se limitent pas aux projets d’ampleur, mais concernent aussi les petits projets qui touchent directement les populations et jouent un rôle direct dans l’amélioration de leur quotidien, a souligné Mme Bensalah Alaoui, rappelant également les efforts du Royaume en faveur du maintien de la paix et ses actions humanitaires dans les zones de conflits.

Sur le niveau sécuritaire, le Maroc a amélioré sa stratégie en s’appuyant d’abord sur le développement socio-économique, tout en modernisant ses appareils, dont les opérations se font dans le respect de la loi et sous la tutelle des ministères de la Justice et de l’Intérieur, a affirmé la diplomate.

De son côté, l’ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni, Hakim Hajoui, a rappelé que le Maroc et le Royaume-Uni partagent une histoire commune et une amitié vieille de plus de 800 ans.

Une histoire, qui a d’abord été construite autour du commerce, mais qui s’est renforcée par l’échange d’idées et le mouvement des populations, donnant lieu à des histoires humaines fascinantes qui façonnent l’héritage commun des deux pays, a-t-il observé.

Unis par une histoire commune, un respect mutuel et des intérêts partagés, les deux royaumes sont déterminés à développer leur partenariat sur la base de l’accord d’association et des opportunités de croissance offertes par la stabilité du Maroc, sa résilience, son développement rapide et le leadership du Roi Mohammed VI, a assuré M. Hajoui.

Depuis le Brexit, il y a un élan à saisir pour emmener ce partenariat vers un niveau supérieur, en tirant profit de la complémentarité entre les deux Royaumes, et répondre aux défis de paix et de sécurité énergétique et alimentaire qui se dressent face à la planète, a-t-il poursuivi, rappelant dans ce sens la vision partagée par les deux pays et qui centrée sur l’humain, avec l’éducation, la jeunesse et l’innovation comme moteur.

En marge de cette conférence, les participants ont pris part à une table ronde traitant du dialogue interreligieux, du rôle du Maroc et du Royaume-Uni dans la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité, ainsi que des possibilités de développer la coopération entre les deux Royaumes, avant d’assister, à la galerie du Centre, à une exposition de calligraphie arabe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button