“Qu’il retourne en Afrique”… l’Assemblée française exclut 15 jours un député RN

Hibapress

Un député du Rassemblement national (extrême droite) à l’origine d’une polémique en France, suite à des propos tenus jeudi soir à l’Assemblée nationale et jugés racistes, a été exclu pendant quinze jours, soit la sanction maximale.

Cette sanction a été proposée à l’unanimité des membres du bureau de l’Assemblée nationale, réuni vendredi en début d’après-midi, puis approuvée directement par un vote assis-debout de l’Hémicycle.

Le député Grégoire de Fournas, auteur de ces propos, était absent lors du vote, alors que son groupe parlementaire s’est prononcé contre la sanction.

« Le libre débat démocratique ne saurait tout permettre, certainement pas l’invective, l’insulte, le racisme, quelle qu’en soit la cible », a lancé la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, appelant à « la dignité des débats, au refus de toute haine, de toute violence, fut-elle verbale ».

Jeudi, lors d’une intervention du député de La France insoumise (LFI, gauche radicale) Carlos Martens Bilongo, d’origine congolaise, sur le « drame de l’immigration clandestine », M. de Fournas a lancé dans l’hémicycle: « qu’ils retournent en Afrique » ou « qu’il retourne en Afrique ».

Après quelques minutes de confusion, la présidente de l’Assemblée nationale a mis fin à la séance « compte tenu de la gravité des faits », selon elle.

Le député RN a nié tout caractère raciste, assurant avoir parlé du « bateau » et en aucun cas du député, élu du Val-d’Oise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer