EXPLORONS, DÉCOUVRONS ET CONNAISSONS MIEUX NOTRE PAYS : SI LA COMMUNE D’AZLA M’ÉTAIT CONTÉE

BABA-HIBAPRESS-RABAT

Le Maroc demeure riche par sa faune, sa flore, sa nature d’une splendeur naturelle et variée qui fait exception malheureusement non entièrement exploré par les citoyens Marocains

Toujours est-il, le Marocain devrait savoir qu’il existe chez lui dans son pays des coins magiques qu’il devra à coup sûr aller visiter pour mieux les connaitre et en tirer le maximum de profit, pour lui, pour sa famille et pour sa santé

Aujourd’hui, il m’est destiné de parler d’un endroit rare et d’une beauté qui rendra jaloux son voisinage. En effet, on citera donc la Commune, certes rurale d’Azla dans la province de Tétouan mais qui dispose d’atouts qui lui donnent tout un sens d’un village très moderne, bien développé et de caractéristiques d’une petite ville qui grandit dans le bon sens

D’une population de 16 128 habitants, avec une progression démographique de 48% de femmes et 52% d’hommes, Azla reste donc dans la perspective d’une évolution moyenne qui peut ne pas gêner le développement des lieux puisque les infrastructures et les installations ne peuvent se confronter à de durs obstacles comme pour le cas des grandes villes

D’autre part, lors de notre visite, on a senti que les responsables de la Commune font un travail gigantesque et d’une pensée futuriste qui part pour une réussite bien étudiée, démontré au vu et concrètement sur le terrain ou plusieurs projets minutieusement planifiés ont déjà commencé à voir le jour en un laps de temps record

Il semble que le président et les responsables de la Commune d’Azla, dont notamment le Directeur du pôle des affaires de la Commune M .Mounir, ont vite compris que leur intérêt et celui de leur localité demeure la façon de gérer leurs affaires dans la légalité, la crédibilité et dans un esprit de loyauté envers leur responsabilité, afin que ce magnifique coin devienne un vrai modèle pour tous les Marocains

Retenez ce nom d’Azla, qui va surprendre bien beaucoup de Marocains. On y reviendra

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer