GENRE: DES HOMMES ESTIMENT QUE LES FEMMES MÉRITENT D’ÊTRE OCCASIONNELLEMENT BATTUES

Le recours à la violence par les hommes à l’égard des femmes est très répandu, à la fois dans les ménages et dans les rues. A peu près 40% des hommes interrogés pensent que les femmes méritent d’être occasionnellement battues. Plus de 60% affirment que les femmes doivent accepter un tel traitement afin de préserver leur famille.

Bien que les femmes s’opposent fortement à leurs homologues masculins sur ce dernier point, près de la moitié d’entre elles considèrent qu’une femme doit être prête à tolérer la violence au nom de l’unité de sa famille. Quant à la violence émotionnelle, la moitié des hommes interrogés ont insulté, menacé ou effrayé leur épouse durant leur vie, dont près d’un tiers rien qu’au cours de l’année passée.

La violence économique et physique sont moins courantes : un cinquième des hommes confiant avoir infligé l’un ou l’autre type de maltraitance au cours de leur mariage. Quant à la violence conjugale, près d’une femme sur quatre indique que son mari l’a forcée à avoir des rapports sexuels avec lui, et seulement un homme sur vingt indique avoir commis un tel acte.

Dans le cadre de leur vie personnelle, la majorité des hommes mariés déclarent qu’ils attendent de leur épouse qu’elle ait des rapports sexuels sur demande. Toutefois, 66% des hommes interrogés pensent également qu’une femme doit avoir le droit de refuser d’avoir des rapports sexuels avec son mari.

Dans le même esprit, 41% des hommes estiment qu’un homme a le droit d’avoir des rapports sexuels avec son épouse si c’est lui qui paye les factures. Seulement 34% des hommes sont de l’opinion qu’un homme qui viole son épouse devrait être poursuivi en justice, et un pourcentage inférieur soutient la criminalisation du viol conjugal.

Les résultats de l’enquête d’IMAGES Rabat-Salé-Kénitra indiquent aussi que 63% des femmes interrogées ont été confrontées à des actes de harcèlement sexuel – principalement des regards lorgnant, des commentaires sexuels et des traques –dont 45% se sont produits dans les trois mois précédents l’enquête. Le taux d’hommes déclarant avoir commis de tels actes est généralement inférieur à celui des femmes indiquant en avoir subi : 53% des hommes ont reconnu avoir déjà harcelé sexuellement une femme ou une fille (dont 35% au cours des trois derniers mois) ; en revanche, un plus grand nombre d’hommes ont admis avoir commis un viol par rapport au nombre de femmes qui ont dit en avoir été les victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button