Statut de personnes en situation de handicap : Les outils d’évaluation enfin prêts

Hibapress

La ministre de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille, Aawatif Hayar, a annoncé, vendredi à Rabat, la fin du processus d’élaboration des outils d’évaluation qui seront retenus pour définir le statut de personne en situation de handicap, conformément aux normes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en la matière.

Intervenant lors de la 8ème réunion du Comité technique issu de la commission ministérielle chargée du suivi et de la mise en œuvre des stratégies et programmes liés à la promotion des droits des personnes en situation de handicap, Mme Hayar a noté l’élaboration de deux guides sur l’utilisation desdits outils, le premier étant destiné aux médecins supervisant l’évaluation médicale, alors que le second est réservé aux assistants sociaux qui chapeautent l’évaluation des facteurs de participation sociale.

De même, a-t-elle souligné, ces outils ont fait l’objet d’expérimentation à la préfecture de Rabat et à la province de Kénitra en avril 2022, avec la participation des personnes en situation de handicap et des différents acteurs concernés, afin de mesurer l’adaptabilité de ces outils au milieu social.

Selon la ministre, ces outils sont en harmonie avec les normes de l’OMS relatives à la fiche d’informations et à l’évaluation des aspects de santé, de participation sociale et des facteurs environnants.

Et de rappeler qu’un projet de décret a été élaboré pour la délivrance de la carte spéciale prévue à l’article 23 de la loi-cadre, outre le lancement de la procédure de signature pour contreseing avec les départements concernés, faisant état de l’élaboration du cahier de charges du système d’information nécessaire à la gestion du système d’évaluation du handicap et du cahier de charges pour les différentes structures et commissions en charge de la réalisation et de la gestion dudit système d’évaluation.

Dans le cadre de l’accélération de la transition numérique des programmes du ministère, Mme Hayar a souligné que la digitalisation est adoptée en tant qu’outil primordial pour simplifier, améliorer et rapprocher les services des personnes en situation de handicap, à travers notamment la mise en œuvre d’un ensemble de procédures et de services.

Dans ce sens, elle a fait état de l’élaboration de la plateforme numérique « Khadamati » en vue de faciliter le processus de demande et de délivrance du certificat d’invalidité, sachant que le nombre de certificats remis a atteint près de 100.000, en plus de la poursuite de l’exécution du programme de prise en charge de l’autisme dans les programmes de formation destinés aux professionnels de la prise en charge éducative, médicale et sociale ainsi qu’aux familles concernées à travers le lancement d’une plateforme numérique de formation de 18.000 bénéficiaires couvrant les douze régions du Royaume.

De même, le programme d’implantation cochléaire « Nasmaa » pour les enfants de moins de 5 ans atteints de surdité a également été élargi aux pays d’Afrique de l’Ouest, dans le cadre de la coopération Sud-Sud avec les pays d’Afrique subsaharienne, a rappelé Mme Hayar.

La ministre a ajouté que son département œuvre à l’élaboration du deuxième plan national de mise en œuvre de la politique publique 2022-2026, à la lumière des résultats de l’étude d’évaluation du plan d’action national de promotion des droits des personnes en situation de handicap 2017-2021, qui mettra l’accent notamment sur la prévention des causes du handicap, la solidarité, l’autonomisation économique, l’égalité et l’inclusion sociale.

Et de souligner que l’implication de l’ensemble des départements ministériels partenaires, des membres dudit comité, concernés par la mise en œuvre des projets et programmes du plan, permettra aux personnes en situation de handicap de jouir de leurs droits.

Dans le même contexte, elle a indiqué que la mise en œuvre du programme « Jisr pour l’autonomisation et le leadership » vise à promouvoir une inclusion sociale innovante et durable face aux défis et attentes, dans le but de consolider l’État social, de promouvoir la condition de la femme et de la famille et de protéger les droits des catégories vulnérables à travers la mise en réseau, la digitalisation, le renforcement des services, l’amélioration des méthodes et modalités d’accueil, l’orientation et la prestation de services destinés à tous les groupes vulnérables, y compris les personnes en situation de handicap, ainsi que le renforcement des rôles des centres d’orientation et d’assistance pour cette catégorie sociale.

A cet égard, Mme Hayar a passé en revue certains chantiers structurants, dont le développement des services du Fonds d’appui à la protection sociale et à la cohésion sociale destinés aux personnes en situation de handicap en général, le service de soutien à la scolarisation des enfants handicapés à la lumière des résultats de l’étude d’évaluation que le ministère va lancer prochainement sur le bilan du Fonds durant la période 2015-2022 ainsi qu’une révision du guide type du programme d’appui à l’amélioration des conditions d’apprentissage des enfants en situation de handicap.

Ces chantiers permettront également le suivi et la mise en œuvre des recommandations du Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies lors de l’examen du rapport initial du Royaume du Maroc en 2017 sur la mise en œuvre de la Convention internationale pour les personnes handicapées, a-t-elle dit.

Au programme de cette réunion figuraient la présentation par des représentants des départements ministériels, membres du Comité technique, de recommandations en vue d’améliorer la situation des personnes en situation de handicap, dont l’éducation inclusive pour les enfants handicapés, de renforcer la coordination entre tous les départements et de fournir des statistiques pour l’exécution du programme d’action 2022-2026.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button