NIGÉRIA/ ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE : 03 CANDIDATS POUR SUCCÉDER A L’ACTUEL BUHARI:QUI SERA L’AMI DU MAROC?  

HIBAPRESS-RABAT-AGENCES

Pour la première fois depuis 1999, le Nigeria pourrait connaître une présidentielle à deux tours. Près de 10 millions de nouveaux électeurs âgés de 18 à 34 ans, se sont inscrits pour la première fois sur les listes électorales, des chiffres qui pourraient avoir une incidence sur le taux de participation de cette année.

En 2019, il était de 33 %. Les bureaux de vote devaient en principe fermer à 14 h 30 heure locale, mais la commission électorale précise sur son site internet que les électeurs dans les files à cette heure seront autorisés à déposer leur bulletin dans l’urne. Plus 87 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour départager les 18 candidats. Les résultats doivent être annoncés dans les 14 jours suivant le scrutin.

L’identification des électeurs par reconnaissance faciale et digitale devrait limiter les fraudes qui ont entaché les scrutins précédents, espère la Commission électorale. Tout comme le transfert électronique des résultats. Mais l’utilisation de nouvelles technologies, inédite à l’échelle nationale, fait aussi craindre des défaillances.

Dans ce pays où 60% de la population à moins de 25 ans, le désir de changement est grand: le président Muhammadu Buhari, 80 ans, se retire comme le veut la Constitution après deux mandats marqués par une explosion de l’insécurité et de la pauvreté.

Dans la matinée, le candidat du parti au pouvoir (APC) Bola Tinubu, 70 ans, a voté dans son fief de Lagos où, vêtu d’un caftan bleu, il a été accueilli par une foule compacte.

L’ex-gouverneur (1999-2007) est surnommé le “parrain” du fait de son influence politique. Yorouba de confession musulmane, il affirme être le seul à pouvoir redresser le Nigeria et a déjà prévenu: cette fois, “c’est mon tour” de gouverner.

Mais rien n’est joué face à ses deux principaux adversaires. A 76 ans, l’ancien vice-président Atiku Abubakar, de l’opposition (PDP, au pouvoir de 1999 à 2015), briguera pour la sixième fois la présidence.

Originaire du nord et de confession musulmane, il espère y rafler de nombreux votes.

Après avoir voté à Yola (nord-est), le candidat – qui en 2019 avait contesté sa défaite face au président Buhari – a déclaré: “cette élection est plus crédible que les précédentes”.

L’outsider est l’ex-gouverneur d’Anambra (sud-est) Peter Obi, chrétien de 61 ans, soutenu par le petit Parti travailliste (LP), et très populaire auprès de la jeunesse et dans sa région.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer