BLANCHIMENT D’ARGENT : CONDAMNATION DE 24 HAUTS GRADÉS DE LA GENDARMERIE ROYALE TRAVAILLANT SUR L’AXE CASABLANCA-AGADIR-TANGER-LARACHE

HIBAPRESS-RABAT

Le Tribunal de Première Instance de Rabat a statué sur l’affaire de blanchiment d’argent dans laquelle 24 gendarmes, dont des hauts fonctionnaires ayant le grade de major et de colonel, sont poursuivis pour corruption et participation au trafic international de drogue.

L’audience du procès a de nouveau été reportée, faute d’un colonel major poursuivi dans le dossier, et sa condamnation précédente de deux ans d’emprisonnement dans la limite d’un an avec sursis.

Le président du Corps judiciaire a également condamné un colonel à six ans de prison, et il est le seul fonctionnaire encore en état d’arrestation, après qu’une vingtaine de gendarmes inculpés de divers grades soient libérés de prison après avoir purgé leurs peines de prison, qui allaient de un à quatre ans.

Les gendarmes poursuivis pour délit de blanchiment d’argent, dont cinq colonels, avaient auparavant été condamnés en appel à des peines d’emprisonnement et des peines allant de deux à six ans, soit un total d’environ 76 ans de prison, au lieu des 61 ans de prison qui ils avaient été condamnés en Première Instance en 2019, avant de se retrouver à nouveau devant la Justice, pour un chef d’inculpation très grave, lié au blanchiment d’argent.

Le Parquet compétent auprès le Tribunal de Première Instance de Rabat avait donné des recommandations aux éléments de Sureté concernées de la Brigade Nationale de la Gendarmerie Royale pour les recherches Judiciaires, afin d’ouvrir une enquête précise sur le soupçon de blanchiment d’argent attribué à ces hauts responsables.

La plupart d’entre eux sont affiliés aux commandements régionaux de Casablanca, Agadir, Tanger et Larache.

Parallèlement au suivi au Tribunal pour crime de blanchiment d’Argent, d’autres recherches menées par les équipes de recherche spécialisées du Commandement Suprême de la Gendarmerie Royale ont porté le soupçon de blanchiment d’argent sur les plis de leurs soldes financières, immobiliers intérieurs et extérieurs, des enquêtes, des expériences et des examens précis de leurs transactions financières ont été menées au fil des ans, dans lesquelles ils ont géré la responsabilité dans des endroits qui s’étendent entre l’axe de Larache M’diq, puis Casablanca et Agadir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button