URGENT ! LA JUSTICE DÉCIDE D’ISOLER YASSINE RADI 

HIBAPRESS-RABAT

Le Tribunal Administratif de Rabat a décidé, peu avant le matin du lundi 15 mai, de retirer Yassine Radi et son premier adjoint Hassan Kacimi de la qualité de membre du Conseil collégial de Sidi Slimane.

Selon le texte du jugement n° 1713, rendu le lundi, dossier n° 7107/2023, et le texte du jugement n° 6/7107/2023, qui ont été consultés par HibaPress , le Tribunal a décidé de destituer Yassine Radi et son premier adjoint Hassan Kacimi de la qualité de membre du Conseil de Sidi Slimane, avec les conséquences juridiques qui en découlent, avec une exécution accélérée.

Le Gouverneur de la Préfecture de Sidi Slimane Abdelmadjid El-Kayak, connu pour son intégrité et ses services continus, avait déposé, le 24 mars, le dossier du procès d’office auprès du Tribunal Administratif de Rabat contre le chef du Groupe, du Parti de l’Union Constitutionnelle, et son adjoint appartenant au Parti de l’Union Socialiste, après que le Gouverneur ait consulté les dossiers, pour être témoin d’un ensemble de violations et de déséquilibres, soupçonnés d’avoir été commis par Yassine Radi et son premier adjoint.

Le Tribunal aAdministratif de Rabat avait rendu une décision en référé le 28 mars, détenant Yassine Radi, fils de l’ancien parlementaire Driss Radi, dirigeant de l’Union Constitutionnelle et cousin du fédéraliste récemment décédé Abdelwahed Radi et son premier adjoint, Hassan Kasimi, de leurs fonctions, dans l’attente du verdict final.

L’article 64 de la loi organique n° 113.14 réglementant les Lois organiques stipule que « la saisine du Tribunal Administratif entraîne la suspension de l’intéressé de l’exercice de ses fonctions jusqu’à ce qu’il soit statué sur la demande de révocation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button