ALGÉRIE: QUAND OUYAHYA ET OULD ABBESS INSISTENT ET PERSISTENT POUR LE 5° MANDAT

La fièvre politique monte en Algérie dans la mesure ou la vie politique du pays des Fennecs est stagnante depuis plus de cinq ans déjà, depuis l’entrée en « coma » du président Bouteflika.On a beau vouloir le présenter comme étant toujours actif et valorisant en le présentant récemment à l’inauguration d’une Mosquée mais les observateurs internationaux ont relevé que le président algérien est trop affaibli et ne pouvait en aucun cas subvenir aux intérêts de la République.

A un an de la fin de son mandat, en avril 2019, les spéculations vont alors bon train en Algérie autour d’une nouvelle candidature du président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999. Toujours est-il et malgré le fait accompli, les Ouyahya et Oul Abbès insistent à ce qu’ils soit montré comme étant le seul sauveur de l’Algérie et que sans lui, le pays entrerait dans l’inconnu alors qu’il y est impliqué depuis fort longtemps.

On se rappellera donc que le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, avait publiquement fait part, le 07 Avril dernier, du “souhait” et du “désir des militants de voir Bouteflika poursuivre son œuvre” après 2019 :“Cet appel au président vise à garantir la continuité pour la sécurité du pays et dans l’intérêt des générations montantes.

Il a toutefois précisé que “le dernier mot à ce sujet revient au président lui-même”.
Va sans dire pour le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui avait emboité le pas au secrétaire général du FLN, émettant lui aussi le souhait, le 15 avril, que M. Bouteflika brigue un 5e mandat. C’est sur, l’Algérie voudrait bien battre un nouveau record qu’elle entend inscrire au Book Guinness, avec Bouteflika !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button