LA « VAR » AU MAROC PROVOQUE L’OUVERTURE D’UNE ENQUÊTE JUDICIAIRE AUPRÈS DE HAUTS RESPONSABLES ALGÉRIENS

.HIBAPRESS-RABAT

Il semble que les caporaux de l’armée algérienne se soient affolés après un scandale qui a circulé dans leur pays concernant la société « MB », qui est accréditée au Maroc dans la technologie de la VAR dans la Botola marocain, avec laquelle l’Algérie a récemment contracté.

En ce qui concerne les détails, des sources médiatiques internationales ont rapporté que la Fédération algérienne de football a passé un contrat avec une société espagnole active dans le domaine des médias spécialisée dans la retransmission télévisée des matchs de football, ainsi que la technologie « VAR », qui est la société très active au Maroc, ce qui a entraîné l’ouverture d’enquêtes auprès des autorités compétentes.

L’entreprise, selon les mêmes sources, a été introduite sur le marché algérien sur la base qu’il s’agit d’une entreprise portugaise, bien qu’il s’agisse en fait d’une entreprise espagnole alors que la plupart de ses travailleurs sont portugais en raison de la main-d’œuvre bon marché par rapport à l’Espagne.

Et après avoir contracté avec l’entreprise d’origine espagnole, les algériens ont fait exploser l’affaire, surtout à la lumière de la sensibilité de cela aux hautes autorités algériennes, qui avaient auparavant annulé les travaux de l’accord d’amitié , coopération et bon voisinage avec l’Espagne depuis juin dernier, ce qui a entraîné l’arrêt de toutes les relations commerciales entre les deux pays.

Les militants algériens des réseaux sociaux se sont demandé comment les autorités algériennes passaient un contrat avec une entreprise espagnole, alors que ce sont les mêmes autorités qui ont annulé toutes les transactions avec les entreprises espagnoles après que Madrid eut reconnu la marocanité du Sahara.

Les mêmes sources ont expliqué que l’affaire a d’abord commencé avec la finale de la Coupe de la Confédération de la CAF entre la Fédération algérienne de football et les Young Africans de Tanzanie, après l’arrivée du matériel de la société espagnole au port d’Oran afin de couvrir la finale telle qu’elle est sous contrat avec la Confédération Africaine de Football.

Les autorités compétentes ont été contraintes de signaler le matériel en provenance d’Espagne tout en le laissant passer, d’autant plus que les relations commerciales entre les deux pays sont suspendues depuis près d’un an et demi en raison du changement de position de Madrid sur le conflit du Sahara au profit du Maroc , mais les craintes de l’Algérie face aux sanctions de la CAF ont contribué à ne pas empêcher l’entreprise espagnole d’entrer en Algérie bon gré mal gré.

Et immédiatement après que les hautes autorités algériennes ont ordonné l’ouverture d’enquêtes approfondies sur ce dossier, il est apparu clairement que la société espagnole couvrait également le Championnat d’Afrique pour les locaux en janvier dernier en Algérie, et couvrait la CAN U20 il y a un mois, en plus de sponsoriser la technologie « VAR » en demi-finale de la Coupe d’Algérie.

Sur la base des résultats des enquêtes préliminaires, il est apparu clairement que de hauts responsables du football en Algérie étaient impliqués, notamment ceux chargés de conclure un contrat avec la société espagnole au sein de la Fédération algérienne de football.

Et les mêmes sources ont confirmé qu’il avait été directement décidé d’arrêter un haut fonctionnaire des douanes de l’Etat d’Oran parce qu’il laissait passer du matériel en provenance d’Espagne, malgré la décision de l’Algérie d’arrêter les relations commerciales avec l’Espagne, et le directeur du port d’Oran a été débouté, en attendant la suite des investigations qui risqueraient de renverser les grosses têtes du système militaire algérien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button