Coronavirus: coup dur pour les secteurs des services, aubaine pour les TIC

Hibapress

La pandémie Covid-19 a porté un coup plus dur aux secteurs des services personnels tels que le tourisme, l’hôtellerie et la vente au détail, comparativement aux autres crises économiques récentes, a indiqué, mardi, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Contrairement à l’impact négatif de Covid-19 sur les services personnels, la pandémie a offert une opportunité exceptionnelle aux services « impersonnels » alimentés par les technologies de l’information et de la communication (TIC), précise une nouvelle étude de la Cnuced.

« La pandémie a perturbé massivement des secteurs de services clés, en particulier le tourisme, l’hôtellerie et la vente au détail, une situation qui contraste avec la résilience observée durant la grande récession de 2008 et la crise de la dette souveraine de la zone euro de 2011-2013, en particulier par rapport au commerce des marchandises », souligne l’étude.

L’enquête de la Cnuced révèle « que dans la zone euro, l’indicateur de l’indice des directeurs d’achat (PMI), une mesure des tendances économiques dominantes, dans les services et le PMI composite se sont tous deux contractés de plus de 50 points en janvier à moins 28,4 et moins 31,4 respectivement à la mi-mars ».

« La situation devrait s’aggraver en raison des mesures draconiennes mais nécessaires de distanciation sociale et de verrouillage adoptées dans la zone euro le mois dernier », a déclaré Pamela Coke-Hamilton, directrice de la division du commerce international de la Cnuced, citée par le communiqué.

Les mesures strictes déployées pour lutter contre la pandémie « ont presque détruit les secteurs des services personnels tels que le tourisme, l’hôtellerie et les transports », affirme la même source, notant que « des millions de personnes économiquement vulnérables dans les pays en développement sont sous le poids écrasant des mesures, car ces secteurs absorbent une grande partie des travailleurs à bas salaire, peu qualifiés et à temps partiel, dont beaucoup sont des femmes ».

« Si la crise persiste, l’ensemble de l’industrie touristique telle que nous la connaissons dans les pays en développement pourrait s’effondrer », a averti Mme Coke-Hamilton. Les femmes représentent plus de la moitié des travailleurs (54% en 2019) dans l’industrie dans le monde.

Les restrictions sur les vols et sur les navires entrant dans les ports ont également affecté les envois de fonds, une bouée de sauvetage pour des millions de personnes dans les pays en développement, fait observer la Cnuced.

Selon la Banque mondiale, les envois de fonds devraient dépasser les investissements directs étrangers en 2019 pour atteindre 550 milliards de dollars, mais les deux devraient chuter considérablement en 2020 en raison de la pandémie.

En revanche, la pandémie a offert une opportunité exceptionnelle aux services alimentés par les technologies de l’information et de la communication (TIC).

Il s’agit notamment du télétravail, du streaming vidéo, ds jeux et des plateformes de commerce électronique.

La croissance rapide de ces services «impersonnels» se fait surtout sentir dans les pays développés, car ils offrent des services TIC répandus et de meilleure qualité, précise la même source.

« Néanmoins, ce boom ne compensera pas la perte de revenus des secteurs des services personnels, en particulier dans les pays en développement », a déclaré Mme Coke-Hamilton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer