PERSONNALITÉ DU polisario : MAHFOUD ALI BEIBA, L’HUMANISTE

BABA- HIBAPRESS/RABAT

La direction du polisario dans les années 70 se portait « garante » d’une « révolution » qu’elle juge la plus apte à faire régner la stabilité politique et la quiétude sociale tout en pensant que cette alternative allait pouvoir leur donner toutes les raisons de réaliser quelque chose de nouveau et de bien sauf que le temps a montré que cette mesure de créer cette « entité » est tout simplement basé sur du floue

Dans cette mise en évidence de création, El Ouali s’est porté comme le leader incontesté du polisario mais à sa mort, le poste est resté vacant et personne n’osa s’y prêter sauf ce natif de Laayoune, un jeune Souaid du nom de Mahfoud Ali Beiba, éduqué dans une Ecole Coranique et qui s’est montré farouche contre l’occupant espagnol et a décidé de partir rejoindre le Groupe de Rabat pour former la stature du polisario à Zouerate en Mauritanie

Ali Beiba allait donc devenir président du conseil révolutionnaire du polisario du 13 Aout 1976 jusqu’au 16 Octobre 1982, avant que le « caporal Abdelaziz » prenne les destinées du polisario par voie algérienne

Ali Beiba était marié à la sœur de Guejmoula et fut toujours un homme pieux et très estimé par nos détenus dans les camps qui le considèrent comme un homme très humain qui savait considérer les autres êtres humains qu’ils que soient leurs statuts

Ali Beiba est mort en Juillet 2010 disait-on du coté algérien d’une crise cardiaque mais on consent comme chaque événement du genre qu’il y a anguille sous roche et l’avenir nous dira de quoi il était véritablement car on ne peut avoir confiance en la propagande algérienne qui a eu la main mise sur le polisario et qui pouvait proposer ce qui lui convient non ce qui convient à la réalité des choses

Ali Beiba a-t-il eu le regret complet de n’avoir pas pu retourner chez lui à Laayoune et vivre parmi ses siens et se refaire une nouvelle vie paisible et créative ? On ne sait, toujours est-il, il a laissé bonne impression par son humanisme auprès de nos soldats qui étaient détenus à Rabouny et c’est l’essentiel pour nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button