COUP DE THÉÂTRE ! L’ESPAGNE SE PASSE DU GAZ ALGÉRIEN ET L’ALGÉRIE EST DANS LE GOUFFRE AVEC LES: FORTES IMPLICATIONS INTERNES, EFFONDREMENT DES RENTRÉES EN DEVISES, INFLEXIONS GÉOPOLITIQUES  ET IMPACT SUR LES RELATIONS DIPLOMATIQUES ENTRE LES 2 PAYS

HIBAPRESS/RABAT+AGENCES

C’en est fini cette fois-ci pour l’Algérie qui se targue de son gaz pour vouloir plier l’échine aux pays de l’UE surtout l’Espagne qui se « nourrie » pleinement du marché algérien à travers le gazoduc Maghreb qui passe par le Maroc. Il fut une fois même ou les algériens avaient pensé faire remettre en question ce gazoduc pour le dévier à travers une conduite sous-marine sous la Mer Méditerranée rien que pour faire du chantage au Maroc notamment sur le Dossier du Sahara Marocain

Aujourd’hui, il s’est avéré que les calculs perpétrés dans ce sens n’ont pas abouti et l’Algérie s’est retrouvé maintenant dans le pétrin puisque les espagnols ont jugé utile de voir du coté américain et latino-américano et russe que du coté algérien qui a trop poussé le bouchon en voulant toujours impliquer l’Espagne dans le conflit du Sahara Marocain

Cette fois c’est fini et d’après le Site espagnol « El Confidential », en mars, l’Espagne a importé 20 251 GWh de GNL américain contre 19 748 GWh d’Algérie. Les Américains ont ainsi augmenté leurs ventes à Madrid de 467 % aux cours des deux derniers mois, alors que l’Algérie les a réduites de 30 %, donc plus de GNL des États-Unis et de la Russie via des navires que de l’Algérie, reliée à la péninsule ibérique par le pipeline Medgaz ou le gazoduc du Maghreb qui passe via le Maroc.

Ce changement est dû, selon les observateurs, à forte baisse des prix du gaz sur les marchés internationaux. Si le prix moyen des bruts Brent et WTI a lourdement chuté lors des 3 derniers mois, pour le gaz les baisses ont été encore plus brutales, avec des diminutions variant entre 36%, dans le cas du Henry Hub, et 56%, dans le cas d’Algonquín. Le prix du gaz est de moins en moins corrélé avec celui du pétrole brut et sa chute est de plus en plus prononcée.

Les prix du gaz se sont effondrés sur les marchés internationaux plus rapidement que ceux du pétrole, à cause de la très importante réduction par la Chine de sa consommation et la forte augmentation de la production américaine ces dernières années, grâce notamment à la technique d’extraction non conventionnelle dite de « fracturation ».

Cette situation inédite pour l’Algérie aura certainement de fortes implications, à la fois sur le pan interne, avec un effondrement des rentrées en devises pour le pays mais également sur le plan international, avec des inflexions géopolitiques et surtout un impact sur les relations diplomatiques entre Alger et Madrid.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer