DEPUIS LE 28 MAI 1918, JOURNÉE NATIONALE DE LA RÉPUBLIQUE D’AZERBAIDJAN : HISTORIQUE DE LA PREMIERE RÉPUBLIQUE PARLEMENTAIRE, JURIDIQUE ET LAÏQUE DU MONDE TURC ET ISLAMIQUE

HIBAPRESS-RABAT

Le 28 mai de chaque année, la République d’Azerbaïdjan célèbre la fondation de l’État azerbaïdjanais, qui est considéré comme un modèle d’une première République Parlementaire, juridique et laïque du monde turc et islamique.

C’est Fath Ali Khan Khuisky qui dirigeât le gouvernement intérimaire du Conseil national, et il n’a exercé ses activités à Tbilissi que pendant dix jours en raison de l’occupation de Bakou par les forces armées Dashnak et russes, et a relocalisé son siège vers la ville de Kinga. Après s’être débarrassé des forces armées dashnakiennes et russes avec l’aide et le commandement de l’armée turque en septembre 1918, le siège du gouvernement national fut de nouveau transféré à Bakou.

L’émergence de la République Populaire d’Azerbaïdjan – la première République démocratique de l’Est musulman – sur la scène de l’histoire est due au développement social, politique et culturel du pays, ainsi qu’à l’éveil national et à la renaissance du peuple, ainsi qu’au niveau de la conscience politique générale. Ali Mardan Bey Topgobashov, Muhammad Amin Rasulzadeh, Fatali Khan Khuysky, Hassan Bey Agayev, Naseeb Bey Yusufbakli, Samad Bey Mahmandarov, Ali Agha Shikhlinsky et d’autres qui se sont relayés à la présidence, ont accompli de grands services et leurs noms et  empreintes restent gravés avec fierté dans la mémoire du peuple azerbaïdjanais.

La République populaire d’Azerbaïdjan était un exemple d’un nouvel État et d’une société moderne qui alliaient les valeurs démocratiques européennes aux caractéristiques de la civilisation orientale. Les réalisations accomplies au cours de l’avènement de  la première République avaient pris une grande importance dans la mise en place des bases de l’Etat tout en identifiant  les voies de développement futures, alors que la République n’existait que depuis 23 mois.Garantir les droits et libertés démocratiques, la reconnaissance de l’égalité des droits pour tous les citoyens, indépendamment de l’appartenance ethnique ou religieuse, le droit des femmes à participer aux élections bien avant de nombreux pays européens, la déclaration de la langue azerbaïdjanaise comme langue officielle, l’intérêt porté au développement de l’éducation et de la culture, la nationalisation des établissements d’enseignement, la création d’une université étatique, l’organisation de l’armée nationale régulière, la mise en place des organes de sécurité et de nombreux autres travaux, illustre l’essence de la politique forte menée par le Gouvernement de la République Populaire.

Aujourd’hui, la politique étrangère azerbaïdjanaise se caractérise par son activité, son dynamisme  en parallèle au développement multiforme du pays et aux politiques internes suivies, de telle manière qu’il est devenu difficile de prendre une quelconque initiative dans la région du Caucase du Sud sans tenir compte du rôle et du statut de l’Azerbaïdjan.

L’occupation par l’Arménie de 20 pour cent du territoire azerbaïdjanais, qui comprend la région Azerbaïdjanaise montagneuse de Karabakh et ses sept provinces voisines, constitue la menace la plus grave pour la sécurité du pays. L’occupation de l’Arménie a touché plus d’un million d’Azerbaïdjanais entre réfugiés, personnes déplacées et personnes déplacées de force, et les territoires occupés ont été soumis à un nettoyage ethnique, des pillages et des viols physiques et moraux après la destruction par l’Arménie de Mosquées et de monuments culturels et historiques islamiques.

En retour, l’Azerbaïdjan a pris une position claire pour régler le différend, c’est-à-dire que la question doit être résolue dans le cadre de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan et des frontières internationalement reconnues de notre pays. Cette position dépend des termes et règles du droit international et de ses principes, de la Charte des Nations Unies, du Document final d’Helsinki et des nombreux documents internationaux qui ont adopté le règlement pacifique du conflit.

Par ailleurs, les quatre résolutions (822, 853, 874 et 884) émanant du Conseil de Sécurité des Nations Unies et les décisions rendues par le Conseil Européen et l’Organisation de Coopération Islamique sont importantes en plus d’être une base juridique pour défendre la position juste de l’Azerbaïdjan au niveau international. Les décisions du Parlement Européen et des réunions au sommet de l’OTAN ces derniers temps soutiennent également l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan, et font référence à la nécessité de mettre fin à l’occupation arménienne.

Après que l’Azerbaïdjan ait obtenu son indépendance, la politique économique étrangère a accordé une grande importance aux relations avec les Institutions financières et économiques internationales, et dans ce sens, un certain nombre de réalisations ont été accomplies récemment, puisque l’Azerbaïdjan est membre de nombreuses Organisations internationales, dont le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale et la Banque Européenne depuis 1992, la Banque Asiatique de Développement depuis 1999 et d’autres Organisations internationales. La principale orientation de cette activité a été la mise en place d’un système économique basé sur diverses formes de propriété, la transition vers une économie de marché et l’intégration dans l’économie internationale.

La date du 20 septembre 1994 a été marquée par la signature et la mise en œuvre de l’Accord, désormais connu dans le monde entier sous le nom de “Contrat du Siècle”, preuve manifeste de la mise en œuvre de la nouvelle stratégie pétrolière développée par Heydar Aliyev, qui s’inscrit dans le concept de développement économique de la République indépendante d’Azerbaïdjan, et de rappeler ici ce dicton de HeydarAliyev, qui a déclaré: «La possession par l’Azerbaïdjan de grandes réserves de pétrole et de gaz est une garantie du bonheur de notre peuple et représente le facteur le plus important pour offrir une vie meilleure et réaliser le développement économique de l’Azerbaïdjan actuel et futur.»

Le Leader national Heydar Aliyev est considéré comme une figure unique dans l’histoire moderne de l’Azerbaïdjan et sa statue majestueuse est empreinte  dans le cœur du peuple azerbaïdjanais puisqu’il a mis en place les bases intellectuelles et politiques de la construction d’un État Azerbaïdjanais moderne en plus de la réalisation de l’histoire éternelle de l’indépendance.

Sous la direction de Heydar Aliyev, une stratégie pétrolière a été développée, et a constitué la clé principale de l’intégration réussie de l’Azerbaïdjan dans le système économique mondial. Par cette stratégie, en peu de temps, l’infrastructure a été restaurée et reconstruite. Le pipeline Bakou – Tbilissi – Seyhan est le seul couloir énergétique reliant les ressources de la mer Caspienne Azerbaïdjan aux marchés mondiaux, et particulièrement la Côte méditerranéenne.

Le corridor gazier du Sud, composé de gazoducs du Caucase du Sud, de gazoducs Trans-anatolien et de gazoducs Trans-adriatiques, est décrit comme le plus grand groupe de gazoducs en cours de développement actuellement dans le monde.Ce corridor de 3500 km acheminera le gaz azerbaïdjanais du champ Shah Deniz 2 vers l’Europe, via la Géorgie et la Turquie. Dans une première étape, il est prévu que 10 milliards de mètres cubes de gaz azerbaïdjanais seront acheminés vers l’Europe et 6 milliards de mètres cubes vers la Turquie.

À cet égard, il est important de mentionner  l’équipement maritime commercial, la nouvelle ligne ferroviaire Bakou-Tbilissi-Qaras et les infrastructures de transport, caractérisées par plus de 15 000 km de routes pavées en Azerbaïdjan et une modernisation des chemins de fer. Le pays dispose également d’infrastructures de transport aérien, avec six aéroports internationaux dans le pays.

Aujourd’hui, l’Azerbaïdjan est entré dans une nouvelle ère,  le président Ilham Aliyev a orienté le pays vers plus de développement,  de progrès de prospérité. Au niveau de la politique étrangère, le président Ilham Aliyev a réussi à consolider les relations bilatérales avec les pays du monde et les organisations internationales prestigieuses, et sous sa direction clairvoyante, l’Azerbaïdjan a réalisé un développement important à tous les niveaux au cours des dernières années.

Depuis l’indépendance de l’Azerbaïdjan le 18 octobre 1991, l’État a adopté une approche politique et économique réussie, établie par le leader national Heydar Aliyev, et Son Excellence le Président Ilham Aliyev continue sur cette voie stratégique avec un grand succés. Grâce à cette approche réussie, le pays a fait des progrès significatifs dans tous les domaines ces dernières années, en particulier dans les domaines de l’économie, grâce aux réformes globales qui ont caractérisé l’ère du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, et grâce à ce décollage, le pays s’est hissé aux rangs des grands pays économiques par la mise en œuvre de projets géants dans le secteur pétrolier et de transport dans la région d’Asie centrale.

Aujourd’hui, la République d’Azerbaïdjan connaît une nouvelle ère de réformes à une large et globale échelle,  annoncée par le président Ilham Aliyev peu après sa victoire le 11 avril 2018. L’année 2019 constitue une année de réformes profondes en République d’Azerbaïdjan, puisque ces réformes couvrent tous les domaines politiques, économiques, sociaux et judiciaires et incluent la restructuration du gouvernement et des ressources humaines.

Pour clarification, depuis 2003, l’Azerbaïdjan a renforcé son indépendance et a fait de grands progrès dans la consolidation de son potentiel économique, l’économie du pays ayant augmenté de 3,2 fois, l’économie non pétrolière 2,8 fois, l’industrie 2,6 fois, l’agriculture 1,7 fois et les exportations non pétrolières 4,1 fois.En 2004, le total des réserves de change de l’Azerbaïdjan s’élevait à 1,8 milliard de dollars et dépasse actuellement 51 milliards de dollars. Au cours de ces années, plus de 270 milliards de dollars ont été investis dans l’économie azerbaïdjanaise, dont la moitié environ était des investissements étrangers. Il est à  noter que le total des investissements en Azerbaïdjan au cours de cette période a représenté 93% du total des investissements pendant les années d’indépendance.

On peut témoigner ici que, grâce aux réformes successives, évolutives et continues, non seulement la capitale azerbaïdjanaise Bakou a changé, mais toutes les provinces ont changé radicalement et clairement, puisque 4 programmes gouvernementaux concernant les provinces ont été adoptés et aujourd’hui ils sont mis en œuvre avec succès. En conséquence, le niveau de fourniture du gaz naturel à la population en Azerbaïdjan a atteint 96% et l’électricité 100%, et en même temps l’Azerbaïdjan est devenu un pays exportateur d’électricité.

Étant donné que la question de la sécurité énergétique est un élément essentiel dans la stratégie de sécurité nationale des principaux pays du monde, elle ne doit pas être prise à la légère de l’avis de nombreux experts qui prédisent que “la scène politique du monde moderne ne sera pas déterminée par l’appartenance à des blocs militaires, mais plutôt par la diversification des ressources énergétiques”, et à cet égard, M. Ilham Aliyev a surmonté diverses difficultés objectives et subjectives. En effet, en 2006 d’énormes programmes pétroliers et gaziers ont été mis en œuvre, tels que le projet “Bakou – Tbilissi – Ceyhan” ,et en 2007 le projet “Bakou – Tbilissi – Erzurum” pour les oléoducs et les gazoducs.Selon une déclaration du Président, la création d’oléoducs, en particulier l’oléoduc “Bakou – Tbilissi – Ceyhan”, est un événement historique, non seulement parce que le pétrole de la Mer Caspienne a  été exporté pour la première fois vers le Marché méditerranéen, mais aussi parce que cet oléoduc a ouvert une nouvelle et importante route et un nouveau et important couloir.

En ce qui concerne le corridor gazier sud, comme première étape de mise en œuvre, un protocole d’accord a été signé sur la coopération stratégique et énergétique entre la Commission Européenne et l’Azerbaïdjan en 2011, et un accord historique a été signé entre l’Azerbaïdjan et la Turquie sur la construction du TANAP l’année suivante, et l’investissement a été l’un des principaux volets dans ce cette opération. En 2013, ce volet a été résolu. Une décision a été prise d’investir dans le champ pétrolier, Shah Deniz-2, et en 2016, une décision similaire a été prise en ce qui concerne le projet TAP puisque les cérémonies d’ouverture officielles du corridor gazier sud ont eu lieu le 29 mai 2018 et le projet TANAP le 12 juin 2018, et le 30 novembre 2019 la partie européenne de TANAP a été ouverte.

Globalement, des mesures décisives ont été prises pour mettre en œuvre le corridor gazier sud d’une valeur de 40 milliards de dollars, qui est l’un des mégaprojets du XXIe siècle puisque le gaz sera connecté du champ (Shahniz Baku) aux ports italiens via trois gazoducs d’une longueur de 3500 km.

S’exprimant sur les raisons du succès du projet du corridor gazier du sud, le président Ilham Aliyev a souligné les facteurs suivants:

Premièrement, ce projet comprend la sécurité énergétique, la diversification et la libre concurrence.

Deuxièmement, nous avons réussi ce projet en trouvant un équilibre entre les pays producteurs et consommateurs et les pays de transit, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de perdant.

Troisièmement, la politique et l’énergie devraient être deux instruments distincts et  l’énergie ne doit pas être utilisée comme un outil politique. L’exemple sur l’accord sur le corridor gazier sud montre que le succès peut être obtenu lorsque la politique est séparée de l’énergie.

Il est à noter que, grâce à la politique du président Ilham Aliyev au cours des 17 dernières années, l’Azerbaïdjan a non seulement repensé la carte de l’énergie et des transports dans le monde, mais a également accompli des réalisations importantes car il est devenu un pays efficace dans le domaine du dialogue interculturel et a considéré le multiculturalisme comme une voie et une tradition idéale à suivies par le pays.

Dans ce sens, à l’initiative du président Ilham Aliyev, la capitale de l’Azerbaïdjan a accueilli de grands festivals sportifs de deux cultures différentes, puisqu’elle a accueilli les premiers Jeux Européens en 2015 pour la première fois de son histoire, et a accueilli les quatrièmes Jeux de la Solidarité Islamique en 2017, ainsi l’Azerbaïdjan aurait apporté une contribution significative à la paix et au dialogue entre les civilisations à travers le sport. Dans la même logique, le président Ilham Aliyev a déclaré 2017 l’Année de la Solidarité Islamique.Ces différentes initiatives de M. Ilham Aliyev, au service de la Solidarité Islamique, ont suscité une grande sympathie et ont été reçues chaleureusement, ce qui a laissé une grande résonance politique dans le Monde Islamique. En 2019, l’Azerbaïdjan a accueilli le deuxième Sommet des chefs religieux mondiaux représentant 70 pays.

Il convient également de mentionner qu’en octobre dernier, Bakou a accueilli le 18ème  Sommet du Mouvement des Pays Non Alignés. Cet événement revêt une grande importance pour le pays en raison du rôle de l’Organisation et de son potentiel politique et économique et de son impact sur la politique mondiale.Cette réunion au sommet est considérée comme l’un des événements politiques internationaux majeurs de l’histoire de l’Azerbaïdjan indépendant.

Par ailleurs, sans la politique agressive de l’Arménie et le nettoyage ethnique contre l’Azerbaïdjan, l’éventail de nos réussites en matière de politique intérieure et étrangère au cours des 17 dernières années menées par le président Ilham Aliyev aurait été plus grand et plus large.

Bien que le conflit n’ait pas encore été résolu, l’Azerbaïdjan a assuré sa supériorité politique, diplomatique et militaire dans le processus de règlement du conflit au cours des 17 dernières années, malgré les efforts désespérés et méprisables déployés par l’Arménie pour entraver le dialogue.

D’un autre côté, l’Azerbaïdjan accorde une grande et sérieuse attention dans le monde moderne à la participation des femmes dans la sphère sociale et politique, à la protection de leurs droits et au développement de leur activité sociale. Aujourd’hui, la femme participe à la gestion du pays à un niveau qualitativement bon et s’engage dans des activités plus efficaces dans les domaines de la politique, des sciences, de l’éducation, de l’économie, de la culture et autres. Dans ce contexte, la première dame et première vice-présidente de l’Azerbaïdjan, Mehriban Aliyeva, est considérée comme un modèle pour toutes les femmes car elle contribue à diverses activités dans le développement de l’État indépendant, ce qui a été très apprécié par les Organisations internationales.Grâce à ses réalisations, et grâce à sa direction de la Fondation Haidar Aliyev, entre autres, l’UNESCO lui a décerné le titre d’Ambassadrice de Bonne Volonté en 2004 en reconnaissance de ses efforts pour préserver le développement du Patrimoine littéraire et musical de la culture azerbaïdjanaise. Quant à l’ISESCO, Il lui a accordé le même titre en 2006 en reconnaissance de ses efforts remarquables dans diverses Parties et Régions du Monde Islamique.

Il ne fait aucun doute que les facteurs mentionnés ci-dessus, ainsi que les qualités humaines de haute valeur de Mme Mehriban Aliyeva, y compris son travail inlassable pour le développement de son peuple et de son pays, lui ont valu une bonne réputation dans son pays et parmi son peuple, ainsi qu’à l’étranger. Cela est dû à sa grande contribution à différents niveaux, au premier rang desquels se trouvent les domaines culturels et humanitaires mondiaux, ce qui lui a ouvert la voie pour assumer les plus hautes fonctions.

Par conséquent, Son Excellence Ilham Aliyev le Président de la République d’Azerbaïdjan, a signé le 21 février 2017 un décret par lequel Mme Mehriban Aliyeva a été nommée première vice-présidente de la République d’Azerbaïdjan.Cet évènement a été largement saluée par les citoyens qui lui vouent des sentiments pleins d’amour, de fierté,  d’appréciation, d’optimisme et de quiétude.

Il reste à mentionner qu’en février 2020, des élections législatives anticipées se sont tenues en Azerbaïdjan dans une atmosphère de libre choix, d’équité, de transparence et de véritable démocratie. Au cours de ces élections 1314 candidats ont concouru pour 125 sièges. Cela signifie que chaque siège au Parlement a vu concourir environ 10 candidats.

Nous ne pouvons pas omettre de rappeler ici l’entretien historique qui a eu lieu entre le défunt chef national du peuple azerbaïdjanais Heydar Aliyev et Sa Majesté le roi Hassan II, dans le cadre du Septième Sommet Islamique, tenu à Casablanca, en décembre 1994, qui est considéré comme l’ouverture d’une nouvelle ère dans les relations azerbaïdjanaises-marocaines. Lors de cette réunion, des échanges de vues ont eu lieu sur les moyens de développer les relations bilatérales et les perspectives de coopération entre les deux pays frères, cette rencontre historique ayant débouché sur une amitié distinguée entre l’Azerbaïdjan et le Maroc, qui se poursuit aujourd’hui à un rythme soutenu par les dirigeants des deux pays, Son Excellence le Président Ilham Aliyev et Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Il convient également de noter que, depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la République d’Azerbaïdjan et le Royaume du Maroc, ces relations ont permis le renforcement et l’approfondissement des relations amicales et une coopération fructueuse entre les deux pays, en particulier après que les deux pays sont parvenus ces dernières années à accomplir de grandes réalisations dans le domaine du renforcement des relations bilatérales. La coopération continue entre les deux pays amis et frères s’inscrit dans l’implication des gouvernements des deux pays afin d’impulser à cette relation bilatérale, marocaine et azerbaïdjanaise, les dimensions de l’incarnation sur le terrain  se traduisant à plus de convergence et de développement commun pour le bien être des peuples des deux pays.

L’Azerbaïdjan apprécie hautement le soutien du Royaume du Maroc à la position de l’Azerbaïdjan sur le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais. En même temps, il se félicite de l’adhésion du Maroc au Groupe de Contact de l’Organisation de Coopération Islamique sur l’agression de l’Arménie de l’Azerbaïdjan et de son soutien à la position équitable de l’Azerbaïdjan sur la base des Décisions du Conseil de Sécurité des Nations Unies Unis sur ce point.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer