VISITE ÉCLAIRE DU MINISTRE ESPAGNOL DE L’INTÉRIEUR EN ALGÉRIE : LA PROBLÉMATIQUE DES « HARRAGAS » ALGÉRIENS ET LA COOPÉRATION SÉCURITAIRE

HIBAPRESS-RABAT-AGENCES

Ces derniers jours, la vague des harragas algériens bat son plein dans la Méditerranée et met ainsi l’Espagne devant le fait accomplit à l’instar du Maroc

Et pour palier à cette problématique qui vient de naitre du coté algérien, bien que tard, le ministre espagnol de l’Intérieur M. Fernando Grande-Marlaska Gomez vient d’effectuer une visite officielle d’un jour en Algérie, à la tête d’une importante délégation, pour débattre de biens des thèmes d’actualité

C’est ainsi que dans une déclaration à la presse à l’issue de l’audience que lui a accordée le président algérien Abdelmajid Tebboune, M. Fernando Grande-Marlaska Gomez a affirmé qu’il a transmis au Président Tebboune un message du Chef de Gouvernement espagnol Pedro Sanchez, dans lequel il exprime « la volonté de l’Espagne de développer sa coopération avec l’Algérie dans tous les domaines », tout en soulignant que « la rencontre avait porté sur les domaines de coopération bilatérale, notamment sécuritaires dont la lutte contre le crime organisé et la sécurité routière et urbaine »… Sous-entendu : mettre un terme à la vague incessante des Harragas algériens qui peuvent porter atteinte à la sécurité de l’Etat espagnol !

Le ministre espagnol s’est également entretenu avec son homologue algérien Kamel Beldjoud et le ministre des A/E Sabri Boukadoum.

Le ministre espagnol a mis en exergue l’importance de l’Algérie pour l’Espagne comme partenaire stratégique y compris dans les affaires de l’Intérieur.

Sur l’épineuse question migratoire, M. Grande-Marlaska s’est félicité de « la bonne coopération en matière de lutte contre l’immigration irrégulière et contre les réseaux de trafiquants de personnes  entre l’Espagne et l’Algérie. L’Algérie peut compter sur l’appui total et la collaboration de l’Espagne dans la lutte contre le terrorisme international et le crime organisé ».

Selon le dernier rapport de l’Agence Européenne de Contrôle des Frontières Frontex, le nombre de migrants en Méditerranée occidentale a dépassé 3.700 durant les cinq premiers mois de 2020, dont la moitié des Algériens, qui partent, surtout,  du port d’Annaba (nord-est algérien), d’où de nombreux clandestins tentent la traversée de la Méditerranée sur des embarcations de fortune.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer