Sahara marocain, le trait d’union pérenne avec l’Afrique

Hibapress / MAP

Le discours prononcé par le Roi Mohammed VI à l’occasion du 47ème anniversaire de la Marche Verte, a dressé un bilan satisfaisant des projets inscrits dans le Programme de développement des Provinces du Sud et décliné les mérites intégrationnistes du Gazoduc Nigeria/Maroc.

Alors que l’exécution de ces projets avance à pas de géant avec un taux d’engagement de 80% de l’enveloppe budgétaire allouée, les provinces du sud sont appelées à jouer le rôle, qui a toujours été sien, celui de trait d’union entre le Maroc et sa profondeur africaine à travers notamment le projet du gazoduc Nigéria-Maroc.

Au moment où les adversaires du Maroc intensifient leurs attaques par médias interposés et envahissent les réseaux sociaux avec des mensonges enragés, le Royaume poursuit, calmement et sur le terrain, sa marche de développement de son territoire et consolide ses relations avec ses partenaires africains.

Les données chiffrées limpides présentés dans le Discours royal ne laissent aucun doute sur la détermination inébranlable du Maroc d’aller de l’avant dans cette marche pour garantir une vie digne aux habitants de ces provinces, après avoir remporté la bataille politique et diplomatique, à la faveur des nombreux soutiens à l’initiative d’autonomie et à la marocanité du Sahara en général.

Ainsi, le Roi s’est félicité «des résultats positifs atteints» dans l’exécution de tous les projets inscrits dans le Programme de développement du Sahara marocain, dont la finalité est de promouvoir la création d’emplois et les investissements.

Le Souverain a énuméré les projets structurants qui contribuent au changement de la physionomie des provinces du sud et à leur intégration régionale et continentale: Il y a d’abord la voie express Tiznit-Dakhla en phase d’achèvement, la connexion définitive de la région au réseau électrique national, l’extension des réseaux de communication et la finalisation du projet de stations d’énergie solaire et éolienne.

Pour ce qui est de l’autre projet phare du programme, le port Dakhla Atlantique, le Souverain a annoncé que les travaux de construction démarreront prochainement après la finalisation des études et des formalités administratives y afférent.

D’autres projets sont également un véritable motif de satisfaction au regard de leur apport indéniable à la création de milliers d’emplois, notamment la filière de mise en valeur et de transformation des produits halieutiques et l’aménagement de plus de six mille hectares à Dakhla et à Boujdour, qui ont été mis à la disposition de jeunes agriculteurs de la région.

De même, le Souverain s’est félicité des avancées réalisées dans les filières du phosphate, de l’eau et de l’assainissement, exhortant le secteur privé à maintenir son engagement de promouvoir les projets à vocation sociale.

L’ensemble de ces projets consolide la vocation du Sahara marocain comme un lien indéfectible entre le Maroc et sa profondeur africaine et comme une terre appelée à jouer un rôle de premier plan dans le projet de Gazoduc Nigéria-Maroc, lancé en 2016 par le Roi et le président nigérian Muhammadu Bouhari.

A ce propos, le Souverain constate avec satisfaction l’état d’avancement de ce grand projet, dont les contours ont commencé à prendre forme après le Mémorandum d’entente, signé récemment à Rabat, avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et, à Nouakchott avec la Mauritanie et le Sénégal.

Jalon essentiel dans le processus de réalisation du projet, la signature de ce Mémorandum traduit, selon le Souverain, l’engagement des pays concernés à contribuer à la concrétisation de ce projet stratégique et illustre leur volonté politique d’assurer son succès.

Pour le Maroc, le Gazoduc Nigéria-Maroc, qui va traverser plusieurs pays de la région avant d’arriver au Sahara marocain, n’est pas seulement une initiative bilatérale Nigeria/Maroc, mais il constitue «un projet stratégique profitable à l’ensemble de la région de l’Afrique de l’ouest, dont la population dépasse 440 millions d’habitants», comme l’a bien souligné le Roi.

Après sa réalisation, il devrait garantir la sécurité énergétique aux quinze pays de la CEDEAO, et restera pour la postérité comme une œuvre en faveur de la paix et de l’intégration économique du continent africain, outre sa mission d’arrimer l’Afrique et l’Europe.

Se félicitant de l’appui apporté au projet par des institutions financières régionales et internationales, le Roi a réitéré «le souci du Maroc d’agir toujours, de concert avec Nos frères du Nigéria et l’ensemble des partenaires, en toute transparence et responsabilité, pour que ce projet soit concrétisé dans les meilleurs délais».

Alors que les adversaires du Maroc restent cramponnés à des positions éculées et sans issue, le Royaume a montré par les faits que la véritable bataille qui vaille est celle du développement, de la prospérité et du bien-être, non seulement de la population du Sahara, mais de tout le voisinage africain.

Avec l’attachement immuable des marocains au Sahara, avec les sacrifices consentis pour récupérer et défendre les provinces du sud et enfin avec les projets présents et à venir sous l’impulsion du Roi, ce territoire berceau de plusieurs dynasties marocaines restera à plus jamais le trait d’union inaltérable entre le Maroc et l’Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer