NEW-YORK/ OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE : LE MAROC ADOPTE UN PROGRAMME INTÉGRÉ DE TRANSFORMATION STRUCTURELLE ÉCONOMIQUE DE COMPÉTITIVITÉ

0
305

Dans son intervention le 16 juillet 2019 à New York lors de l’événement parallèle portant sur le renforcement de la politique budgétaire et l’exploitation de la numérisation pour intensifier le financement des objectifs de Développement Durable et de l’Agenda 2063 en Afrique, Madame Nezha El Ouafi a informé sur l’adoption par le Maroc lors des dernières décennies un programme  intégré  conduisant à une transformation structurelle économiquement et une amélioration du climat des affaires et de la compétitivité et un renforcement du niveau de développement et la réduction des écarts sociaux et régionaux….

C’est à New York que Madame Nezha El Ouafi, Secrétaire d’Etat chargée du Développement Durable et en sa qualité de Présidente de la 5ème Edition du Forum Africain de Développement Durable (FRADD) a présenté lacontribution du Continent lors de ce forum de Haut Niveau sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) organisé du 15 au juillet 2019.

Madame la Secrétaire d’Etat a rappelé le succès de la 5ème édition du FRADD soulignant le contexte d’urgence de l’évaluation de l’agenda 2030 en particulier en Afrique. Outre Les deux derniers rapports scientifiques du GIEC et de l’IPBES présentent des résultats inquiétants pour l’humanité en général et l’Afrique en particulier, le retard dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et la vulnérabilité de l’Afrique face aux effets du changement climatique ont un impact sur la productivité du travail. En effet, 80 millions d’emplois à temps plein seront perdus en 2030 à cause du réchauffement climatique, c’est ce que Madame El Ouafi a précisé tout en invitant les pays à mobiliser les différents acteurs clés de la société afin de développer des politiques publics durables.

Par la même occasion Madame la Secrétaire s’est montré confiante quant à l’opérationnalisation des ODD exprimant les progrès enregistrés, notamment par le développement de la créativité, l’innovation et la création d’emplois durable. Elle a ainsi affirmé l’efficacité de l’Afrique relativement à la mise en œuvre des objectifs de l’Agenda 2030 se rapportant à l’éducation, la santé, l’égalité, la stabilité ainsi que l’implication des femmes et des jeunes dans les politiques de développement.

Par la suite, Madame El Ouafi a présenté la synthèse des conclusions du FRADD et qui a montré que 4 ans qu’après de l’adoption du Programme de 2030 et à mi-parcours du Premier Plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063, des progrès ont été enregistrés au titre des ODD examinés par le Forum régional (Encadré I).

Toutefois, et malgré lesdits progrès rappel Madame la Secrétaire d’Etat, de nombreux défis persistent pour réussir le Programme 2030 et l’Agenda 2063 (Encadré II) et c’est pourquoi des mesures doivent être prises pour accélérer et amplifier les actions requises afin d’atteindre les objectifs des deux programmes (Encadré III)

En conclusion, Madame El Ouafi, présidente de la 5ème édition du FRADD a invité les membres et les partenaires de développement à prendre en considération ces Messages clés et la Déclaration de Marrakech sur le développement durable pour donner aux populations des moyens d’action et assurer l’inclusion et l’égalité et pour accélérer les progrès de la mise en application en Afrique du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’Agenda 2063.

 

ENCADRE I :  Progrès de mise en œuvre des ODD présentés lors de la 5ème édition du FRADD

 

·       Le nombre d’enfants qui achèvent l’enseignement primaire a augmenté dans certains pays africains ; toutefois, deux tiers des pays africains n’ont pas encore atteint l’objectif de l’achèvement universel de l’enseignement primaire ;

·       Plusieurs pays ont adopté des législations et politiques sur l’emploi pour appuyer la création des opportunités et intégrer les objectifs de création d’emplois dans leurs politiques de développement éconimque ;

·       Tous les pays africains ont signé l’Accord de Paris, 48 d’entre eux l’ont déjà ratifié et ont adopté d’ambitieuses contributions déterminées au niveau national pour l’action climatique, exigeant à peu près trois mille milliards de dollars de financement conditionnel et inconditionnel ;

·       Les pays africains ont adopté l’Accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine qui offre d’immenses opportunités de mobilisation de recettes et de promotion d’une croissance inclusive, permettant notamment d’autonomiser les groupes marginalisés et vulnérables ;

·       Dans l’ensemble, la gouvernance en Afrique continue de s’améliorer, notamment quant à l’État de droit, à la participation, aux droits, à la transparence et à la responsabilité ;

·       D’ici à la fin de ce Forum politique de haut niveau, 35 Pays africains auront achevé leur examen volontaire national, élément essentiel pour stimuler les efforts.

 

 

Encadré II :  Défis pour la mise en œuvre des ODD tels que présentés lors de la 5ème édition du FRADD

 

·       Le niveau moyen de croissance économique des pays africains, qui est d’environ 3,2 % en 2018, est insuffisant pour réaliser les ODD ;

·       Pour se mettre sur la voie de la réalisation des ODD, l’Afrique aurait besoin de tripler la croissance par habitant de son produit intérieur brut (PIB), qui était de 0,6 % en 2018, tout à fait insuffisante pour atténuer les hauts niveaux de pauvreté et d’inégalité ;

·       Pour réaliser les ODD, l’Afrique aurait besoin de moyens financiers supplémentaires estimés entre 614 et 638 milliards de dollars par an ;

·       Pour le Programme 2030 et l’Agenda 2063, le continent manque terriblement de données qui permettraient le suivi, la conception et la mise en œuvre reposant sur des bases factuelles.

 

 

 

ENCADRE III :  Les principales mesures identifiées lors du FRADD5 pour atteindre les objectifs des agendas 2030 et 2063

·       Intensifier les efforts nationaux et la mobilisation du soutien mondial en particulier pour les pays les moins avancés, les petits pays insulaires et les pays en conflit ayant de grandes difficultés à mettre en application le Programme 2030 et l’Agenda 2063 ;

·       Il faudrait s’efforcer de rendre l’éducation plus inclusive, pour les filles comme pour les garçons, quel que soit leur âge, handicap ou emplacement, grâce à des interventions politiques spécifiques ;

·       Afin de réaliser le potentiel qu’offrent les migrations et de réduire les inégalités, des mesures sont requises d’urgence pour la mise en application du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ;

·       Les pays africains doivent mettre en œuvre des processus intégrés de mobilisation de ressources, de budgétisation et de planification du développement et intensifier les efforts de lutte contre la corruption et les flux financiers illicites ;

·       Les pays africains sont exhortés à ratifier et mettre en œuvre l’Accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine et à concevoir des stratégies et plans nationaux pour mobiliser des recettes, améliorer la productivité et réaliser une croissance inclusive ;

·       Les pays africains et leurs partenaires doivent investir dans le renforcement des compétences des institutions et la création d’un environnement propre à encourager les jeunes à innover en appui à la réalisation des deux programmes.

Conformément à la Déclaration de Marrakech :

 Les pays africains souhaitent consolider la coopération Sud – Sud et mettre en commun leurs d’expériences en vue de s’attaquer aux difficultés multiples et complexes qu’ils rencontrent et de mettre en place des partenariats, et programmes d’action multipartites aux niveaux régional et sous-régional indispensables pour assurer le développement escompté qui ne laisse personne pour compte ;

L’Afrique appelle également à créer un fonds de solidarité pour le développement de la statistique destinée à aider les pays africains à collecter, à gérer et à utiliser les données et statistiques requises pour élaborer et mettre en œuvre des politiques fondées sur des faits concrets et pour en assurer le suivi et en rendre compte.

 

 

 

Charger plus dans International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

BELGIQUE : 1 T DE CANNABIS PLANTÉE DANS DES CONTAINERS. SA DÉCOUVERTE FUT D’UNE MANIÈRE INIMAGINABLE

Le Maroc n’est point le seul pays que l’on puisse accuser de tenir le monopole…