CE QUE VAUT S’ARRÊTER DE FUMER

Plus la période sans tabac s’allonge, plus les risques de maladies diminuent. Ainsi, un an après avoir arrêté de fumer, le risque d’infarctus a diminué de moitié. Cinq ans après, le risque d’AVC est similaire à celui d’un non-fumeur. Dix ans après, c’est le risque de plusieurs cancers, notamment du poumon, de la gorge, de l’œsophage et du pancréas, qui a largement diminué. 15 ans après sa dernière cigarette, un ancien fumeur a retrouvé une espérance de vie presque identique à celle d’un non-fumeur.

Il est donc recommandé d’arrêter le plus tôt possible, même si certains bienfaits de l’arret du tabac se manifestent aussi sur les personnes âgées. Il n’y a pas d’âge au-delà duquel il n’y ait aucun bénéfice à se sevrer.

En France, Tabac-info-service mentionne également que l’arrêt du tabac est bon pour la peau, lui rendant un teint plus clair, avec moins de rides. Autre fait surprenant, arrêter de fumer permet d’être moins stressé car, c’est en réalité la nicotine, une substance excitante, qui fait battre le cœur plus rapidement, augmente la pression artérielle et le ressenti physique du stress.

Enfin, arrêter de fumer rend l’habitat plus sain, non seulement en ce qui concerne l’odeur mais aussi au niveau du tabagisme passif.

Ceux qui respirent passivement la fumée de cigarette sont exposés à un risque accru de développer un cancer. Les enfants de fumeurs sont deux fois plus susceptibles de devenir eux-mêmes fumeurs, ils sont plus touchés par les infections respiratoires, l’asthme et la toux chronique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button
Fermer